La lutte contre la pauvreté

Les pauvres sont-ils nés dans une telle condition?

Il y a beaucoup de pauvres (sans argent, pauvres en énergie, travailleurs pauvres…), mais leur existence n’est pas naturelle. Les pauvres ne sont pas cultivés comme le blé.

Quelle récolte j’ai ici!

Mieux vaut parler de personnes démunies que de parler de pauvres, car l’appauvrissement est une injustice structurelle au sein de la société; c’est une affaire politique.

Nous avons normalisé l’existence de personnes appauvries; même, ils sont incriminés comme s’ils étaient responsables de leur propre situation. S’ils existent, nous nions la dignité humaine.

Nous pouvons mettre en pratique notre action sociale dans la politique. En fait, la politique est appelée à prendre soin de la vie et d’une existence digne. En outre, elle est appelé à être un instrument pour construire la justice et la communion des personnes. La politique ne devrait pas avoir pour centre autre chose que l’éradication de la pauvreté, en dehors des besoins et des droits des personnes démunies.

Ce dont nous parlons a plusieurs implications:

  • Signaler l’appauvrissement comme une situation d’injustice. Nous devons démasquer toutes les structures qui déclenchent l’appauvrissement.
  • Prioriser les besoins des personnes démunies. Si nous ne le faisons pas, il n’est pas possible de construire la justice ni la communion sociale. Nous devons éclairer les situations d’appauvrissement.
  • Fusionner la charité et la justice. La douleur des personnes démunies ne peut être vaincue que si nous la ressentons comme notre propre douleur. Sans lutter pour la justice, il n’y a pas d’amour. Sans amour, il n’y a pas d’humanité.
  • Dévoiler le lien entre la lutte contre l’appauvrissement, la solidarité et la destinée universelle des biens. La façon dont nous organisons l’économie devrait favoriser que chacun d’entre nous puisse avoir tout ce dont il a besoin pour mener une vie digne.
  • Fusionner les dimensions personnelles et structurelles dans la lutte pour la justice. Nous avons besoin d’un environnement social où il pourrait être à la fois normalisé et possible la lutte contre l’injustice.
  • Les personnes appauvries doivent être transformées en protagonistes de la vie sociale. La lutte contre l’appauvrissement ne peut être gagnée par le paternalisme et l’assistance.
  • La proposition d’un nouveau mode de vie, en tant qu’individu et dans une communauté, doit être faite par le biais de l’auto-témoignage. Nous devons promouvoir un mode de vie opposé à celui présenté par notre système de production et de consommation. Ce système rend les gens individualistes et hédonistes.

En bref, nous devons combattre le «homo oeconomicus».

Pour l’Église catholique, la dignité humaine est sacrée. L’existence de personnes appauvries est la négation de la vie et de sa dignité sacrée. Pour Jésus, la pauvreté est opposée au plan de Dieu. C’est le déni pratique de ce plan. Faire de la volonté de Dieu signifie être à côté des pauvres et lutter contre leur appauvrissement, en mettant l’accent sur leur dignité.

DSE phrase

Il ne s’agit pas seulement de vaincre la faim ni même de faire reculer la pauvreté. Le combat contre la misère, urgent et nécessaire, est insuffisant. Il s’agit de construire un monde où tout homme, sans exception de race, de religion, de nationalité, puisse vivre une vie pleinement humaine (…); un monde où la liberté ne soit pas un vain mot.

Paul VI, Populorum progressio n.47

Agir

Que pensez-vous qu’il faut changer pour que la situation des populations pauvres soit au centre de la vie et de l’action politique?

Télécharger le fichier associé

Vidéo précédente:

Vidéo suivante:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Scroll to top