La destination universelle des biens

Si nous voulons que le bien commun soit une réalité pratique et efficace, nous ne pouvons pas ignorer tout ce qui entoure l’utilisation des biens et le droit de propriété.

La tradition chrétienne a insisté sur le fait que nous ne sommes pas des propriétaires absolus et exclusifs de biens, mais simplement des administrateurs des biens que Dieu a mis entre nos mains. L’église catholique dit que c’est un droit fondamental pour chaque personne d’avoir ce dont elle a besoin pour vivre et se développer dans un sens humain. Ce droit, lié à la dignité de la personne, précède toute autre forme d’organisation sociale de la propriété.

Les marchandises ne doivent pas être un but en soi, mais un moyen de rendre possible la vie et une vie digne. Les biens, provenant de la nature et des travailles humains, sont de tous et pour tous. Sa utilisation doit être guidée par le principe de justice mentionné précédemment: tout le monde devrait pouvoir utiliser ces biens.

La doctrine sociale appelle à cela la destination universelle des biens, qui est le premier principe de l’ordre éthique et social. Cela a plusieurs implications:

  • Nous avons tous le droit de posséder et d’utiliser tous les biens nécessaires pour mener une vie digne.
  • Nous avons le devoir de faire un effort commun pour créer les conditions nécessaires au développement intégral et à la vie dans la dignité.
  • Nous avons le devoir de solidarité avec les personnes pauvres. Personne ne devrait manquer des biens nécessaires pour mener une vie digne.
  • Nous avons également le devoir de guider la propriété et l’utilisation des biens selon la communion et la destination universelle des biens.

L’église catholique défend le droit personnel à la propriété en tant que droit naturel, mais affirme également qu’il existe une hypothèque sociale émergeant de n’importe quelle forme de propriété, liée à la responsabilité personnelle, la responsabilité aux voisins et à la société, en particulier aux personnes appauvries.

Le problème ne consiste pas dans la forme juridique de la propriété (privée, publique, communautaire, collective, etc.) mais dans son orientation. La propriété ne doit jamais perdre sa perspective à travers la destination universelle des biens. Une forme de propriété ne peut être juste que si elle facilite l’accès à la marchandise nécessaire à une vie digne.

Le droit de propriété est également lié aux moyens de production. La doctrine sociale défend que la seule légitimité à posséder les moyens de production est de les mettre au service d’une économie faite pour les personnes, au service des besoins de l’être humain dans la perspective de la destination commune des biens.

L’église catholique considère que la propriété est principalement acquise à travers le travail. Le fruit du travail doit atteindre tout le monde de manière correcte, ce qui peut être appliqué également aux moyens de production. Chaque travailleur devrait pouvoir participer au moyen de production qu’il utilise. De même, les moyens de production ne peuvent être possédées en opposition à l’œuvre elle-même.

La destination universelle des biens et le droit de propriété impliquent une responsabilité de chaque personne, de la société et de la communauté politique. À cause de cela, l’État a plusieurs fonctions qui ne peuvent être éludées. Entre autres, il y a la promotion de l’exercice du droit de propriété dans les limites du bien commun, pour assurer la fonction sociale de la propriété et promouvoir la redistribution des biens par la politique économique, le travail, les services publics, la vie sociale, etc. afin de corriger les inégalités sociales.

Mais notre système social est placé sur les antipodes de la destination universelle des biens. Le libéralisme sans frein engendre un impérialisme international de l’argent qui nous conduit à une dictature économique. La propriété privée défendue exclut beaucoup de personnes.

La propriété des moyens de production est pratiquée à la fois de manière immorale et illégitime. Et tout cela se produit dans les limites légales, ce qui est pire car il est considéré comme quelque chose naturel. Il y a la croyance que plus vous en avez, plus vous êtes. L’être et l’avoir sont mélangés.

Et pour cette raison, il est essentiel de repenser notre responsabilité personnelle quant à l’utilisation des biens.

DSE phrase

Le principe de la destination universelle des biens requiert d’accorder une sollicitude particulière aux pauvres, à ceux qui se trouvent dans des situations de marginalité et, en tout cas, aux personnes dont les conditions de vie entravent une croissance appropriée.

Compendium de la doctrine sociale n. 182

Agir

Regardons deux choses: notre propre utilisation des biens et la mentalité qui prévaut dans nos environnements à propos de la propriété et de l’utilisation des biens.

Selon vous, que faut-il changer dans chacune de ces réalités, en fonction de notre comportement et de la mentalité de nos environnements?

Télécharger le fichier associé

Vidéo précédente:

Vidéo suivante:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Scroll to top